Information

Entomologie agricole: Rodilegno rouge

Entomologie agricole: Rodilegno rouge


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Classification et plantes hôtes

Classe: Insectes
Ordre: Lépidoptères
Sous-ordre: hetoneuri
Famille: Cossides
Genre: Cossus
Espèce: C. cossus L.

Référence bibliographique:
Phytopathologie, entomologie agricole et biologie appliquée” – M.Ferrari, E.Marcon, A.Menta; Edagricole scolaire - RCS Libri Spa

Plantes hôtes: fruits à pépins, fruits à noyau, autres fruits, forestiers, ornementaux et paysagers.

Identification et dommages

Cossus cossus est un insecte particulièrement polyphage; les larves sont des xylophages et causent des dommages très graves à un grand nombre d'espèces cultivées. Les adultes sont de grands papillons (70-100 mm d'envergure) avec les ailes antérieures de couleur gris-brun finement striées de sombre. Les larves sont rosées ou rouge foncé sur le dos, selon l'âge, avec des zones ocre jaunâtre et une tête foncée; la longueur des larves est d'environ 80-100 mm, à maturité. Les œufs, de couleur brun noisette ou rougeâtre, ont un diamètre d'environ 1 à 1,5 mm et sont pondus dans les ravins de la croûte, généralement à la base des plantes. Les dégâts consistent en l'activité trophique des larves qui creusent des tunnels profonds dans le tronc et les branches; ces organes s'affaiblissent à la fois mécaniquement et parce qu'une détérioration générale lente et progressive de la plante commence. De plus, les plaies profondes, dues à l'excavation des tunnels, sont un excellent point d'entrée et de fixation pour les champignons pathogènes, les agents cancérigènes et carieux, ou d'autres parasites (Sesidi). Pour les plantes en bois (par exemple le noyer et le peuplier), les dégâts sont beaucoup plus graves que pour les autres plantes. L'insecte peut se comporter à la fois comme phytophage primaire, sur les arbres fruitiers, et comme secondaire, sur les plantes ornementales et paysagères attaquant, en particulier, les plantes déjà faibles ou qui présentent d'autres problèmes pathologiques.

Cycle biologique

Cossus cossus est un insecte qui achève son cycle de développement en deux ou trois ans; il effectue donc une génération tous les 2 ou 3 ans. Les adultes apparaissent à la fin du printemps de la troisième décade de mai à août, avec un large intervalle de scintillement; le pic de fréquentation est en juillet.
Les adultes s'accouplent et les femelles pondent leurs œufs en groupes, surtout à la base des plantes ou à l'échafaudage des grandes branches. Les larves nouveau-nées, qui sont grégaires, creusent, après environ 10 à 12 jours, de petits tunnels sous-circulaires, détruisant la zone promissoire. Si ces tunnels sont creusés dans de jeunes plantes ou dans des branches relativement petites, il est facile de remarquer, dans la zone touchée, des saillies ou des gonflements typiques, dus à la réaction des tissus. De plus, si les plantes ont une écorce claire, il est possible de remarquer, même à distance, la sortie d'un fluide mucilagineux noir dense composé de lymphe altérée et mélangé aux catabolites de l'activité larvaire et de la rosure. Les larves de 1ère année passent le premier hiver dans ces galeries. Au printemps suivant, les larves reprennent leur activité en creusant des tunnels uniques plus profonds et de plus grand diamètre; ces tunnels ont généralement une direction verticale à la fois vers le haut et vers les racines, dans certains cas ils ont des directions obliques ou des niches transversales initiales. Ces tunnels sont maintenus propres en éliminant la rosure extérieure et les excréments sous la forme d'une pulpe rouge-brunâtre (avec une odeur intense de cuir altéré) qui représente un signal évident de la présence de Cossus. En général, toute la 2ème année est passée au stade larvaire, à creuser des tunnels dans le bois. Le scintillement se produira à l'été de la 3ème année, après une incralidation survenue dans les couches les plus externes du tunnel ou dans le sol à la base de la plante affectée. Dans certaines situations (pour une ponte tardive ou des climats plus froids), le Cossus peut scintiller au printemps / été de la 4e année civile, faisant 1 génération tous les 3 ans.

Adulte Rodilegno rouge - Cossus cossus L. (photo http://home.scarlet.be/entomart)

Larve de Rodilegno rouge - Cossus cossus L. (photo Pavel Krasensky)

Bats toi

La lutte contre Cossus a évolué ces dernières années à la suite de nouvelles technologies de combat guidées et intégrées; cependant, il s'agit encore aujourd'hui d'un ensemble de pratiques différentes qui sont appliquées, de temps à autre, selon le cas.

Combat guidé
Les traitements spécifiques pendant la période de ponte ne donnent pas toujours des résultats satisfaisants, compte tenu du grand intervalle de scintillement; pour pallier cet inconvénient, il est possible d'effectuer une surveillance environnementale, grâce à l'utilisation de pièges sexuels.
Les pièges doivent être installés vers la première quinzaine de mai.
Dans ce cas, le traitement doit être effectué sur les organes ligneux en période de capture maximale; les produits à utiliser sont les insecticides phosphorganiques éventuellement mélangés à des huiles blanches, pour améliorer la persistance et la pénétration.

Lutte contre l'infestation en cours
Ce combat est mené avec des attaques déjà en place et avec des signes évidents des tunnels; il consiste à éliminer les larves avec des moyens mécaniques (fils de fer qui remontent le tunnel jusqu'à ce que la larve soit atteinte) ou avec des moyens chimiques, souffler des insecticides dans des galeries aérosolisées, saturer les galeries elles-mêmes et les fermer avec du mastic. Ces méthodes n'ont pas toujours le succès escompté à la fois en raison de la difficulté à atteindre les larves et parce que, cependant, les dommages sont déjà survenus. Leur application est souvent limitée aux plantes ornementales.

Lutte biologique et biotechnologique
Ces dernières années, de nouvelles méthodes de lutte biologique et biotechnologique ont été développées qui consistent à utiliser des micro-organismes, les premiers, et des phéromones pour les pièges de capture de masse, les seconds. La capture de masse est réalisée en capturant, dans des pièges spéciaux déclenchés avec des phéromones sexuelles, les mâles qui ne fécondent pas les femelles leur font ovidiser les œufs non fécondés: de cette manière la population est progressivement stérilisée. Les pièges doivent être posés à une densité d'environ 5-10 ou 10-20 par hectare selon l'environnement et le type de plantes. En ce qui concerne le contrôle microbiologique, les bons résultats obtenus en utilisant les nématodes Neoaplectana (Steinernema) carpocapsae et feeliae sont à noter; ceux-ci, pulvérisés avec des outils spéciaux dans les tunnels ou simplement mis en coton sur les bords de ceux-ci, sont capables de rechercher activement les larves xylophages et de les attaquer (même si elles sont moins actives sur Cossus). Sur une base expérimentale, des champignons entomopathogènes sont en cours de test, comme Beauveria bassiana; ceci est très actif, également pour les parasitisations naturelles, contre le bois de rongeur. Parmi les ennemis naturels, nous pouvons nous souvenir des Larvevorid Diptera (gén. Phorocera) et de certains parasitoïdes hyménoptères.


Vidéo: 1947 ou la nouvelle réalité du monde moderne (Mai 2022).